(0)
(0)
Retour vers les news

La liste de fin d’année de notre directeur Peter Van Rompaey

5 questions pour se souvenir du meilleur de 2020
23 décembre 2020

On peut dire sans crainte que cette année 2020 va s’inscrire de manière très particulière dans les livres d’Histoire. Mais si beaucoup d’encre a pu couler au sujet des horreurs de cette année de chamboulements, nous avons voulu aussi mettre l’accent sur le bon, le positif, les petites victoires, les idées lumineuses, les leçons de vie et les bonnes musiques à retenir. Cette liste de fin d’année sous forme de questions a pour but de les mettre en valeur. Ces 5 questions à notre directeur résument ce que Muziekpublique retient de bon.

1. Que retiens-tu de cette année Corona ?

Qu’on ne peut pas détruire la nature impunément (propagation de virus) ou détruire l’État-providence. Que la consommation de biens est considérée comme plus essentielle que la consommation de culture. Que nous ferions mieux d’acheter et de produire plus localement.

Je me souviens aussi de la beauté du silence, de la façon dont une ville pouvait soudainement devenir silencieuse lors du premier confinement et que l’on pouvait à nouveau entendre les oiseaux pépier. Bizarrement, Bruxelles est devenue plus vivable. Depuis, j’ai également continué à aimer rouler à vélo à Bruxelles – chers politicien.ne.s, investissez encore plus dans les infrastructures cyclables! – et dans la ceinture verte.

J’ai également remarqué la grande capacité d’adaptation des plus petites scènes et des artistes de musique traditionnelle et du jazz lorsque tout s’arrête. Lorsque c’est redevenu possible, ils ont été capables d’ouvrir à nouveau leurs salles et de rejouer dans des temps records, alors que les grandes structures prennent parfois plus de temps à redémarrer.

2. Quel média préféré?

En matière de radio: Le Monde est un Village (La Première), portion quotidienne des « musiques dites du monde » grâce aux efforts de Didier Mélon, Sara Pire et leur équipe, Late World sur Klara et Interne Keuken (Radio 1), des discussions approfondies sur des sujets qui ne sont pas sexy, mais toujours étonnamment fascinants.
A la télé: l’humour critique de Zondag a rencontré Lubach (NPO) et les Toots Sessies (VRT), la musique à la télé fonctionne après tout.

Site Web et maintenant aussi magazine: Médor et Apache, le journalisme critique en coopérative est la meilleure arme pour la démocratie et contre les fausses informations
Site web: deraaskalderij.be, satire de haute qualité

3. Welke albums, boeken, films,… maakten in 2020 het meeste indruk op je ?

C’est difficile de choisir et pour moi, ça dépend beaucoup de l’humeur du jour. Quelques albums que j’ai beaucoup aimé et j’en oublie certainement: « Derya Türkan & Sokratis Sinopoulos – Soundplaces », « Myrddin: Monstruos Y Duendes Vol. 1: Myfyrio », » Marja Mortensson – Dawn « , » Sutari – Siostry Rzeki / River Sisters « et » Ananuri – Ananuri « .
En termes de livres, j’ai apprécié Les Testaments de Margaret Atwood, Le Chat et le Général de Nino Haratschvili, sur les guerres tchétchènes, même si je pensais que son prédécesseur La huitième vie à propos d’une famille géorgienne était encore plus forte. Aussi Queen Barefoot d’Ildefonso Falcones, Lost Ground de Murat Isik.
J’ai enfin relu: Zeitoun de Dave Eggers, un de mes livres préférés. J’ai vu très peu, pour ne pas dire pas, de films. Mais si je dois citer un souvenir visuel qui m’a impressionné, je dirais le clip vidéo ‘Lagrimas’ de Las Lloronas.
4. Quelles leçons devons-nous tirer de 2020 et garder avec nous en 2021 ?
N’oublions jamais que la vie sociale est importante, apprécions le simple fait d’être entouré par des personnes qu’on apprécie. Et j’espère que nos dirigeants se rendront compte que nous devons nous concentrer sur la production locale, le circuit court… Par exemple, nous ne pouvons pas nous permettre de dépendre une deuxième fois des approvisionnements de la Chine pour les produits essentiels.
Enfin, j’espère que les gouvernements commenceront à reconnaître l’importance des activités à petite échelle et des formes d’organisation, à la fois dans le domaine de l’économie, de la culture, mais aussi dans le domaine de l’éducation ou des soins de santé avec des centres de soins résidentiels à taille humaine qui ne sont pas gérés comme des usines. C’est là que l’innovation a lieu, où les bases sont posées pour l’avenir.
5. Quels artistes suivre en 2021 ?
Surtout les jeunes musiciens: l’Ensemble El Korchi autour des jeunes joueurs de qanun Mohamed et Nawal El Korchi. J’attends aussi beaucoup parler d’Oscar Beerten, un jeune violoniste (hardanger) qui deviendra encore plus fort en sortant de ses études à la célèbre Sibeliusacademi en Finlande. J’attends aussi avec impatience les projets de Laïla Amezian autour de la musique chaabi et je me demande aussi comment certains musiciens de Matonge Sounds tels que Kaito Winse, Zouratie Kone ou Fabrice Mukuma continueront d’évoluer.